Accueil / L'astuce du PRO

L'astuce du PRO


Comment calculer la longueur de l’échelle que l’on doit acheter ?

Il faut mesurer la hauteur verticale à gravir, et rajouter 10%.

Exemple : ma maison possède 2 étages de 2,75 m sous plafond au rez-de-chaussée ainsi qu’à l’étage (+ l’épaisseur du plancher). Le bord du toit est donc à une hauteur maximum de 6 m. À cette hauteur, je multiplie 1,1 pour rajouter les 10%. En position de travail, le point d’appui sur mon échelle sera donc à 6,60 m. L’échelle doit dépasser la gouttière d’1 m au minimum pour monter ou descendre du toit. Je dois donc acheter une échelle de : 6,60 m + 1 m = 7,60 m minimum dépliée.

Comment éviter que l’échelle glisse le long de la gouttière ?

C’est très gênant lorsque l’on veut poser le pied sur le barreau de l’échelle au moment de redescendre du toit.

Si l’échelle a des montants parallèles, non évasés ou sans barre stabilisatrice (ce qui est le cas avec des échelles coulissantes à corde), l’échelle glisse facilement sur la dalle en bord de toit en cas de gros coup de vent ou lorsqu’on veut redescendre.

La solution à cet inconvénient est un écarteur de façades. Ils partent en biais de l’échelle  en s’élargissant jusqu’au mur. Ils apportent une grande stabilité latérale.

Comment ne pas écraser les gouttières aluminium ou en plastic ?  

En utilisant un écarteur de façade. Le meilleur modèle étant le télescopique puisqu’on peut le régler en fonction de la profondeur de l’avant toit.

Dans quel sens doit-on appuyer les échelles qui se déplient manuellement (sans corde) ?

Dans le sens inverse du déploiement. Le plan le plus étroit doit être le plus près du mur. En effet, dans le cas inverse, le décalage d’épaisseur peut entraver l’utilisateur au niveau des chevauchements des plans, lorsqu’il monte. Ceci crée également un vide sous le pied lors de la descente.

Travailler au-dessus d’un escalier :  

Les échelles doubles à 4 pieds réglables sont conçues spécialement pour pouvoir décaler les 4 pieds sur un escalier.

Pour les autres échelles, des accessoires comme le pied boiteux (ou pied latéral réglable) se fixent sur le montant des échelles en appui contre le mur des escaliers.

Comment choisir la qualité de son échelle ?

En France toutes les échelles doivent être conformes à la Norme EN131 et porter son estampille pour être mises en vente, c’est la loi. Toutefois, entre l’échelle de base et les renforcées pour des usages intensifs, des différences sont remarquables, à savoir :

  • La charnière : une charnière en fer plat plié est souvent le signe des échelles basiques. Au contraire une charnière en aluminium moulé est souvent signe de robustesse.
  • La durée de la garantie, et surtout le poids peut être un indicateur, une échelle avec  plus de matière étant souvent plus rigide. Quelques autres détails moins visibles comme la dimension des montants, des barreaux, et la différence entre la dimension repliée et la dimension dépliée qui doit être la plus faible possible pour la rigidité.
  • La largeur de l’échelle peut être également être un indice.


Marquage CE sur une échelle :

Ce marquage ne veut rien dire sur une échelle car elle n’apporte aucune garantie supplémentaire. Seule la Norme EN 131 correspond à des essais normalisés.